Skip To Content

Présentation de la création d'entités 2D et 3D

Dans la fenêtre Create features (Créer des entités), les modèles d’entités créent des entités en fonction de couches spécifiques. La source de données d’une couche d’entités définit les entités en deux dimensions (2D) ou en trois dimensions (3D) qu’un modèle crée.

Les étapes à suivre pour créer des entités 2D ou 3D sont pratiquement les mêmes à quelques exceptions près. Lorsque vous utilisez des entités 3D, vous pouvez spécifier les valeurs z dans l’onglet Edit (Modifier), dans le groupe Elevation (Altitude). Vous pouvez saisir une valeur z constante ou définir la valeur z en cliquant sur une surface d’altitude active.

Pour en savoir plus sur le workflow de base visant à créer des entités, reportez-vous à la rubrique Commencer des modifications.

Entités 2D

Les entités ponctuelles, linéaires et surfaciques peuvent être des entités 2D ou 3D. Les entités 2D ne stockent pas de valeurs z, mais elles peuvent les dériver d’un champ attributaire dans une table ou d’une surface d’altitude dans une scène 3D. Dans certains cas, les entités 2D peuvent suffire lorsque vous avez seulement besoin de les visualiser dans l’espace 3D.

Par exemple, les véhicules et les arbres bordant les routes peuvent dériver naturellement leurs valeurs z d'une surface au sol. Dans d’autres cas d’utilisation, il vaut mieux créer des entités, telles que des avions, sous forme d’entités 3D comportant des valeurs z.

Vous pouvez utiliser les entités 2D dans une scène et définir leur altitude ou profondeur d’extrusion en vous référant au champ attributaire. Sinon, vous pouvez utiliser les outils de géotraitement pour interpoler les valeurs z à partir d’une surface sous-jacente et générer de nouvelles entités 3D à partir des entités 2D.

Pour en savoir plus, reportez-vous aux rubriques suivantes :

Entités 3D

Les entités 3D, également appelées entités de type z, sont configurées pour stocker les valeurs z lors de la création de la classe d’entités. Les entités ponctuelles ne stockent qu’une valeur z par entité. Les entités linéaires stockent une valeur z avec chaque sommet. L’utilisation des entités 3D présente l’avantage de donner la possibilité d’effectuer une analyse exploratoire telle que l’analyse de ligne de visée 3D ou d’autres études de visibilité liées au champ de vision.

Les entités multipatch sont, par essence, des enveloppes 3D capables d’offrir des niveaux de détail allant du simple cube à des modèles 3D complexes. Vous pouvez utiliser les outils de mise à jour standard pour en modifier les sommets. Vous pouvez les créer intégralement à partir de faces de polygone 3D ou importer des modèles 3D à partir de votre système de fichiers.

Bien qu’il soit possible de mettre à jour les entités 3D dans des cartes ou des scènes, il est préférable d’utiliser les scènes. Chaque couche d’une scène peut être configurée pour obtenir les valeurs z et afficher les entités relatives à une surface d’altitude. Une scène locale avec un système de coordonnées projetées offre la plus faible distorsion eu égard de la distance, la direction, l’échelle ou d’autres mesures d’espace.

Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Configurer une scène pour la mise à jour 3D.

Types d'entités que vous pouvez créer

Le choix du type d’entité à créer dépend des objets ou des points de données que vous envisagez de représenter, des informations que vous devez capturer et du type d’analyse pour lequel elles seront utilisées. Dans certains scénarios, vous pouvez être amené à créer plusieurs types d’entités pour les mêmes données.

Par exemple, vous pouvez utiliser des entités surfaciques pour représenter des parcs municipaux pour les échelles d’affichage inférieures à 1:100 000 et des entités ponctuelles pour des échelles d’affichage supérieures. Un autre projet peut nécessiter l’utilisation de polylignes pour représenter les rivières afin de modéliser les flux d’eau et des entités surfaciques pour calculer la zone de couverture.

Entités annotations

  • Les entités annotations sont des éléments textuels placés sur une carte pour nommer ou décrire des entités géographiques. Habituellement, elles sont placées à côté d'étiquettes dans une hiérarchie visuelle planifiée pour indiquer l'importance d'une entité particulière. Vous pouvez les styliser pour créer une esthétique cartographique particulière. Un texte mettant en évidence le nom d'un pays par rapport au nom d'une ville ou au nom d'un fleuve en est un exemple.
  • Vous pouvez lier une classe d'entités annotations à une classe d'entités géographiques et automatiser des comportements de mise à jour spécifiques. Par exemple, les chaînes de texte d'une annotation liée à une entité sont liées à la valeur d'un ou plusieurs champs provenant de l'entité géographique à laquelle l'annotation est liée. Vous pouvez également configurer une annotation liée pour qu'elle soit ajoutée, supprimée ou déplacée automatiquement avec l'entité liée.

Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Créer des entités annotations.

Entités multipatch

  • Les entités multipatch sont des volumes clos définis avec des anneaux en trois dimensions et des patchs triangulaires. Elles permettent de modéliser la surface extérieure (l'enveloppe) d'entités 3D naturelles et conformes à l'exécution. Les arbres, les bâtiments, les ponts et les espaces intérieurs en sont des exemples. Vous pouvez créer intégralement des entités multipatch ou importer des modèles 3D dans une classe d'entités multipatch.
  • Les modèles d'entités permettant de créer des entités multipatch incluent plusieurs outils pour créer des entités multipatch de différentes manières. Vous pouvez importer des modèles 3D directement dans votre carte ou votre scène, créer intégralement des entités multipatch en créant et extrudant des polygones à l'aide d'un workflow additif, ou commencer avec une forme 3D élémentaire et la modifier jusqu'à obtenir l'entité dont vous avez besoin.

Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Créer des entités multipatch.

Entités ponctuelles et multi-points

  • Les entités ponctuelles identifient les positions de coordonnées x,y,z spécifiques sur une carte. Vous pouvez créer des objets ou des points de données qui ne nécessitent pas de lignes ni de surfaces pour stocker des informations ou transmettre un message. Les adresses de sites, les bouches d'incendie et les arbres en sont des exemples.
  • Les entités multi-points stockent des collections d'entités ponctuelles sous forme d'une entité ponctuelle unique avec un ensemble d'attributs. Par exemple, les agrégats de points Lidar sont souvent stockés sous forme d'entités multi-points afin de simplifier leur gestion et d'améliorer leurs performances de lecture-écriture. Les entités multi-points peuvent uniquement être stockées dans une classe d'entités multi-points.

Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Créer des entités ponctuelles et multi-points.

Entités polylinéaires

  • Les entités polylinéaires se composent de segments de ligne droite, d'arcs circulaires, d'arcs elliptiques et de courbes de Bézier entre les sommets. Vous pouvez créer des objets linéaires et curvilignes dotés d'une longueur mais sans surface. Les canalisations d'eau, les routes et les cours d'eau en sont des exemples.
  • Les entités polylignes multi-parties permettent de stocker des polylignes non contiguës sous forme d'une entité polyligne unique avec un ensemble d'attributs. Vous pouvez, par exemple, créer une série de polylignes séparées sous forme de segments de route et les stocker sous la forme d’une route unique. Vous pouvez créer des entités polylinéaires multi-parties et en une seule partie sur la même couche.

Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Créer des entités polylinéaires.

Entités surfaciques

  • Les entités surfaciques sont des surfaces entièrement fermées par des segments de ligne droite, des arcs circulaires, des arcs elliptiques et des courbes de Bézier entre les sommets. Vous pouvez créer des objets dotés de régions planes fermées. Les lacs, les limites de végétation et les emprises de bâtiments en sont des exemples.
  • Les entités surfaciques multi-parties permettent de stocker un ou plusieurs polygones sous forme d'une entité surfacique unique avec un ensemble d'attributs. Vous pouvez par exemple créer une série de polygones d'îles non contiguës et les stocker sous la forme d'une entité île. Vous pouvez créer des entités multi-parties et en une seule partie sur la même couche.

Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Créer des entités surfaciques.