Skip To Content

Nouveautés d'ArcGIS Pro 2.3

Découvrez les nouveautés et les améliorations de ArcGIS Pro 2.3.

Présentation de la vidéo

Cette compilation vidéo a été réalisée par les équipes de développement d’ArcGIS Pro pour mettre en évidence les nouvelles fonctionnalités de cette version.

Play Video

Présentation rapide

La section Présentation rapide comprend les principales mises à jour apportées aux fonctionnalités de cette version.

Expérience au démarrage

Vous observerez la première nouveauté ArcGIS Pro 2.3 au démarrage. Repensée et optimisée, la page de démarrage accueille de nouvelles fonctions.

  • Vous pouvez démarrer ArcGIS Pro en double-cliquant sur les éléments suivants dans l’Explorateur Windows : cartes ArcGIS Pro (.mapx), paquetages de cartes (.mpkx), mises en page (.pagx), couches de carte (.lyrx) et paquetages de couches (.lpkx).
  • Vous pouvez démarrer ArcGIS Pro sans créer préalablement un projet. Il vous sera possible de créer un projet par la suite, si vous souhaitez enregistrer votre travail.
  • Vous pouvez épingler les projets et modèles de projet fréquemment utilisés aux listes des projets et modèles de projet récents. La liste des projets récents peut afficher jusqu’à 50 projets.
  • Vous pouvez configurer ArcGIS Pro de sorte qu’il ouvre systématiquement le même projet ou qu’il démarre automatiquement sans création préalable d’un projet lorsque vous lancez l’application.

Rapports

Nouveaux éléments de projet, les rapports sont catalogués dans un dossier dédié de la fenêtre Catalog (Catalogue). Lorsque vous créez un rapport, vous pouvez définir la source de données, regrouper et trier les données, sélectionner un modèle et un style, de même que définir le format et les marges des pages.

Exemple de résultats de rapport
Rapport présentant la population d’un État par sous-région.

Il est possible de modifier un rapport dans la vue de rapport, qui le divise en sections modifiables telles que l’en-tête de rapport, l’en-tête de groupe et le pied de page. Les éléments statiques, tels que les lignes graphiques et les images, et les éléments dynamiques, tels que les résumés statistiques ou les valeurs de date, sont acceptés dans les rapports. Il est également possible de partager les rapports sous forme de fichiers PDF, de les enregistrer en tant que parties intégrantes d’un paquetage de projet ou de les enregistrer dans un fichier de rapport (.rptx).

Exemple d’utilisation de rapports présentant la vue et le contenu du rapport
Exemple de la fenêtre Contents (Contenu) du rapport, de la vue d’un rapport et du dossier Reports (Rapports).

Apprentissage profond

Le jeu d’outils Apprentissage profond est tout nouveau dans cette version. Cette toute nouvelle boîte d’outils se compose de trois outils de géotraitement disponibles dans la boîte d’outils ArcGIS Image Analyst. Ces outils prennent en charge les processus de classification d’images et de détection d’objets qui utilisent des modèles d’apprentissage profond générés par des structures telles que TensorFlow, CNTK et Keras.

Résultat généré par des outils d’apprentissage profond, illustrant le repérage de palmiers sur une image aérienne en couleurs
Les outils d’apprentissage profond balayent une image aérienne en couleurs naturelles à la recherche de palmiers.

Ces outils mettent à profit le tout nouveau paramètre d’environnement GPU (Processeur graphique) pour effectuer rapidement des analyses. Ils peuvent également être exécutés dans des environnements de traitement distribués tels que des déploiements ArcGIS Image Server ou d’analyse raster. Leur fonctionnement repose sur l’utilisation de plusieurs couches de réseaux neuronaux, chaque couche étant capable d’extraire une ou plusieurs entités spécifiques.

LocateXT

  • L’extension ArcGIS LocateXT est dotée d’un jeu d’outils qui permet de rechercher des informations sur des emplacements dans un texte ou un document et de créer des entités pour ces emplacements.
Exemple de la fenêtre Extract Locations (Extraire les emplacements) présentant un paragraphe en entrée relatif aux séismes ainsi que les coordonnées correspondantes sur une carte.
LocateXT lit le paragraphe en entrée relatif aux séismes, détermine les coordonnées et les localise sur la carte.

  • LocateXT peut effectuer des recherches dans des documents PDF, des documents Microsoft Office, des pages web, des messages électroniques et du texte publié sur les réseaux sociaux. Pour ouvrir l’outil, sous l’onglet Map (Carte), dans le groupe Layer (Couche), cliquez sur la flèche de la liste déroulante Add Data (Ajouter des données) et sélectionnez Extract Locations (Extraire les emplacements). Deux outils de géotraitement (Extraire les emplacements du document et Extraire les emplacements du texte) ont également été ajoutés au jeu d’outils Vers une géodatabase.

Outils de mise à jour

Améliorez vos workflows de mise à jour avec divers nouveaux outils. La liste complète des nouveaux outils de mise à jour est fournie plus loin dans la page, mais en voici quatre :

  • L’outil Diviser Division héberge des outils qui permettent de diviser des entités polylignes et surfaciques par une valeur. Une entité polyligne peut être divisée selon une distance, un nombre de parties ou un pourcentage. Une entité surfacique peut être divisée en surfaces proportionnelles, en surfaces égales ou en largeurs égales.
  • L’outil Raccord arrondi Raccord arrondi crée un arc circulaire tangent entre deux segments et tronque ou prolonge les deux segments de connexion. Vous pouvez faire glisser et définir le rayon dynamiquement ou saisir une distance radiale constante.
  • L’outil Généraliser Généraliser une polyligne permet de simplifier une entité linéaire ou une entité surfacique sans lui faire perdre sa forme de base.
  • L’outil Fractionner Fractionnement comporte désormais un onglet By Feature (Par entité). Cet onglet permet de sélectionner une ou plusieurs entités en entrée et de les utiliser pour fractionner une ou plusieurs entités cible sélectionnées.

Règles attributaires

  • Le mode d’utilisation des règles attributaires a été amélioré, et des types de règles supplémentaires sont disponibles.
  • Les valeurs attributaires conditionnelles sont une nouvelle entité de création de données qui permet de rendre les valeurs d’un champ dépendantes des valeurs d’un autre champ. Elles utilisent des domaines et des groupes de champs pour créer un ensemble de champs et une liste de valeurs valides pour ces champs. Par exemple, si le bois est défini dans un champ de matériaux pour poteau électrique, les valeurs valides du champ de la hauteur du poteau sont restreintes à 35, 40 et 45 pieds. Si, en revanche, l’acier est défini comme matériau, les valeurs valides du champ de la hauteur sont 45, 50 et 55 pieds. Il est possible de définir ces types d’interdépendances de vos champs à l’aide de valeurs conditionnelles.
  • Le nouvel outil Transférer les fichiers transfère efficacement les fichiers entre un système de fichiers et un espace de travail et de stockage dans le cloud.

Interpolation par krigeage bayésien empirique 3D

Oxygène dissous à différentes profondeurs océaniques, interpolé dans l’espace 3D
L’oxygène dissous à différentes profondeurs océaniques est interpolé pour former un espace 3D continu des niveaux d’oxygène prévisionnels.

Prise en main

Carte de la Nouvelle-Zélande avec le temps activé sur une couche
Cartographie des tendances touristiques en Nouvelle-Zélande avec affichage du curseur temporel. Le didacticiel Visualiser les données temporelles explique comment gérer et afficher des données qui évoluent dans le temps.

Accessibilité

  • Des améliorations ont été apportées pour une meilleure accessibilité de ArcGIS Pro et de sa visionneuse d’aide hors connexion. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique Accessibilité dans ArcGIS Pro.

Licences

Cartographie et visualisation

Généralités

Les deux nouvelles projections cartographiques suivantes sont disponibles dans ArcGIS Pro 2.3 :

  • La projection Equal Earth est une projection équivalente pseudo-cylindrique pour les cartes du monde, mise au point conjointement par Tom Patterson (US National Park Service, ret.), Bernhard Jenny (Monash University) et Bojan Šavrič (Esri).

    Représentation du globe selon la projection Equal Earth
    Projection Equal Earth

    La projection cartographique Equal Earth, inspirée de la projection Robinson, a pour spécificité de conserver la taille relative des surfaces. Elle a été conçue comme un substitut à la projection Gall-Peters. Sur la projection cartographique Equal Earth, les continents présentent un aspect agréable et revêtent une forme analogue à leur représentation sur un globe. Cette projection se prête à la cartographie des phénomènes mondiaux, ou à toute autre carte thématique du monde dont les surfaces doivent être représentées à leurs tailles relatives exactes.

    Pour plus d’informations, consultez le mémoire de recherche suivant : The Equal Earth map projection.

  • La projection cartographique quinconciale de Peirce, mise au point par Charles Sanders Peirce en 1879, représente le monde dans un carré. À sa conception, la projection est centrée par rapport au pôle Nord et affiche l’Équateur sous la forme d’un carré pivoté sur la carte. Cette projection est conforme, excepté aux quatre courbures de l’Équateur. Son implémentation dans ArcGIS Pro conserve sa propriété de conformité sur les ellipsoïdes tels que WGS 1984.

    Exemples de projection de Peirce en carré et en losange
    Projection de Peirce affichée dans un carré et dans un losange.

    Deux orientations sont possibles : carré et losange. Définissez le paramètre Option sur 0 pour une orientation en carré et sur 1 pour une orientation en losange.

    Attention :
    les couches tributaires de la projection côté serveur, notamment les couches d’entités web, les couches d’images de carte et les couches de services d’imagerie, ne peuvent être projetées dans ces systèmes de coordonnées qu’avec un serveur version 10.7 ou ultérieure.

  • Vous pouvez découper les couches d’une carte selon l’étendue personnalisée de la carte, une couche surfacique ou les entités sélectionnées de ces couches. Éventuellement, vous pouvez spécifier des couches de carte qui ne respectent pas le découpage et qui recouvrent leur étendue totale. Les effets du découpage de couches sont limités au dessin. Ainsi, les entités masquées par découpage sont toujours prises en compte dans les requêtes et les analyses. Pour définir le découpage des couches, accédez à l’onglet Clip Layers (Découper les couches) de la boîte de dialogue Map Properties (Propriétés de la carte).
  • Il est maintenant possible d’associer plusieurs ensembles de définition à des couches et à des tables autonomes. Vous pouvez passer d’une requête à une autre ou choisir de n’avoir aucune requête active. Les requêtes sont enregistrées avec la couche ou la table. Vous pouvez accéder à un ou plusieurs fichiers d’expression de la requête pour ajouter des requêtes existantes à une table ou à une couche. Vous pouvez appliquer un ensemble de définition à plusieurs couches à la fois à condition que les couches aient une requête en commun.
  • Il est possible de modifier les unités d’affichage cartographique directement depuis la barre d’état. Le menu déroulant situé en regard de l’affichage des coordonnées répertorie toutes les options d’unité disponibles. Ce raccourci donne accès aux unités d’affichage de la carte par le biais de la boîte de dialogue Map Properties (Propriétés de la carte).
  • Six nouveaux modèles de notes de carte vous sont proposés : trois pour ajouter des annotations cartographiques, un pour ajouter des points, un pour ajouter des lignes et un pour ajouter des polygones.
    Bibliothèque de modèles de notes de carte
  • L’outil Infographie compte désormais plusieurs modèles Esri accessibles depuis la nouvelle fenêtre Infographics (Infographie). Vous pouvez soit afficher les modèles partagés de votre organisation, soit créer vos propres modèles à l’aide de l’entité My Variables (Mes variables).
Exemple d’infographie

Scènes 3D

  • Vous pouvez désormais définir manuellement le découpage de vue d’une scène pour vous assurer que les objets très hauts ou très élevés, ou les objets très proches de la caméra de la vue (par exemple, ceux situés à l’intérieur d’un bâtiment), ne sont pas détourés. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Régler le découpage de vue dans les scènes.

Couches de scènes

Couches en mode continu

  • Les couches en mode continu prennent désormais en charge l’extraction de géométries et d’attributs supplémentaires d’un service d’entités associé. En d’autres termes, vous pouvez utiliser les deux types de services en mode continu suivants dans ArcGIS Pro :

    • Les services en mode continu des attributs uniquement transmettent des données attributaires variables à partir d’emplacements géographiquement stationnaires. Les géométries des emplacements stationnaires sont stockées dans un service d’entités associé. Les données de température variables transmises par les stations météorologiques illustrent bien ce propos. Les services en mode continu des attributs uniquement sont une nouveauté de cette version de ArcGIS Pro.

    • Les services spatiaux en mode continu transmettent des entités dont les emplacements changent, comme c’est le cas d’une flotte de camions de livraison se déplaçant dans une ville. Les couches spatiales en mode continu, qui étaient déjà disponibles dans les versions précédentes de ArcGIS Pro, peuvent désormais être associées à un service d’entités qui stocke des attributs statiques supplémentaires. Voici un exemple : un service spatial en mode continu diffuse les localisations et les charges actuelles des camions de livraison, et un service d’entités associé contient des attributs statiques tels que le modèle de véhicule et la charge utile maximale de chaque camion.

  • Les couches en mode continu ne sont plus limitées aux seules entités ponctuelles. Désormais, elles prennent également en charge les entités surfaciques et les entités polylignes.
  • Dans le cas de couches ponctuelles en mode continu dotées de propriétés de suivi des traces, vous pouvez maintenant tracer des lignes de piste pour relier des observations précédentes et ainsi afficher un chemin parcouru par une entité en mouvement.
    Couches ponctuelles en mode continu dotées de propriétés de suivi des traces
    Trois objets en mouvement sont suivis dans une couche en mode continu. Les observations précédentes reliées permettent de préciser les déplacements.
  • Vous pouvez désormais créer des diagrammes pour les couches en mode continu. Il est nécessaire d’arrêter le mode continu pour générer un diagramme.

Scintillement

  • Utilisez le mode Flicker (Scintillement) pour activer et désactiver automatiquement la visibilité des couches à un intervalle déterminé (selon une fréquence déterminée). Utilisez-le pour comparer des couches d’imagerie raster ou des changements dans les couches. Le scintillement est un paramètre d’apparence disponible pour les couches d’entités dans les cartes et dans les scènes, mais il est désactivé pour les couches 2D dans une scène. Le scintillement reste activé tant que vous ne le désactivez pas, ne passez pas à une autre vue ou ne sélectionnez pas une autre couche. Pour observer le scintillement, sélectionnez une couche visible dans la fenêtre Contents (Contenu) et, dans l’onglet Appearance (Apparence), cliquez sur Flicker (Scintillement) Scintillement.

Symbologie

  • Lorsque vous appliquez à des couches d’entités surfaciques une symbologie par valeurs uniques, couleurs graduées ou couleurs non classées, vous pouvez faire adopter la combinaison de couleurs aux remplissages et/ou aux contours des symboles surfaciques. Cliquez sur le bouton Color scheme options (Options de la combinaison de couleurs) Options de la combinaison de couleurs, situé en regard du sélecteur de combinaisons de couleurs, pour choisir la cible de la combinaison de couleurs. Vous pouvez également choisir la cible de la combinaison de couleurs lorsque vous faites varier la symbologie par couleur.
  • Vous pouvez rétablir le symbole par défaut pour chaque classe de symboles en fonction des paramètres actuels de la symbologie par valeurs uniques, couleurs graduées et symboles gradués. Vous pouvez juger ce rétablissement nécessaire après avoir modifié la cible de la combinaison de couleurs ou après avoir apporté de nombreuses modifications à des symboles. À cette fin, dans la fenêtre Symbology (Symbologie), cliquez sur le menu déroulant More (Plus) puis sur Regenerate all symbols (Régénérer tous les symboles).
  • Vous pouvez actualiser les valeurs d’une symbologie par couleurs graduées, par symboles gradués, par couleurs non classées et proportionnelle si les données ont été mises à jour. À cette fin, dans la fenêtre Symbology (Symbologie), cliquez sur More (Plus) puis sur Refresh values (Actualiser les valeurs) pour mettre à jour la plage de valeurs.
  • Vous pouvez définir des formes de gabarit de légende pour les classes de symboles linéaires et surfaciques. Ces gabarits sont affichés dans la fenêtre Contents (Contenu) et dans les légendes des mises en page. Les gabarits disponibles sont les suivants :
    Exemples de gabarit de légende surfacique
    Options de gabarit de légende linéaire
    Options de gabarit de légende linéaire
  • Il est possible d’afficher la symbologie de carte de densité selon une méthode de définition de densité constante et une méthode de définition de densité dynamique. Avec la méthode constante, la définition de la densité reste constante quelle que soit l’étendue de la carte, ce qui permet de comparer des surfaces sur la carte à la même échelle. La méthode constante correspond à celle utilisée par ArcGIS Online.

    Comparaison de deux surfaces à la même échelle avec rendu constant
    La densité sismique est comparée à deux endroits à la même échelle selon la symbologie de carte de densité constante.

    Avec la méthode dynamique, la définition de la densité est recalculée à chaque changement de l’étendue de la carte. Cette méthode est utile pour afficher une variation de densité locale.

    Comparaison de deux surfaces à la même échelle avec rendu dynamique
    La densité sismique est comparée à deux endroits à la même échelle selon la symbologie de carte de densité dynamique.

  • Les améliorations suivantes ont été apportées à la symbologie de dictionnaire :
    • Les symboles au statut planifié, anticipé ou suspect sont désormais représentés en pointillé conformément aux spécifications du dictionnaire.
      Les symboles de dictionnaire au statut planifié, anticipé ou suspect présentent désormais un contour pointillé.
    • De nouveaux paramètres de configuration de l’affichage sont disponibles, parmi lesquels l’application d’une coloration légère, moyenne ou foncée et la désactivation de l’image ou de l’icône.
      Symboles de dictionnaire selon plusieurs paramètres de configuration
    • Les échelons (ou divisions) sont désormais pris en charge pour les lignes et les surfaces.
      Échelons sur un symbole de dictionnaire
  • La plupart des symboles ponctuels 3D du style système 3D dans ArcGIS Pro contiennent maintenant plusieurs niveaux de détail. Lorsque ces points apparaissent dans une scène à proximité de la caméra (au premier plan), une version haute qualité du symbole ponctuel de type modèle 3D sous-jacent est utilisée. Lorsque ces points sont plus éloignés de la caméra (à l’arrière-plan d’une scène), une représentation de qualité inférieure est utilisée. Cette substitution présente le double avantage de maintenir la qualité visuelle et d’améliorer le résultat des scènes composées de nombreux points 3D.
  • Les effets de symbole sont pris en charge pour les symboles ponctuels en 3D. Les effets de symbole suivants respectent désormais les valeurs z dans les scènes 3D :

    • Polygone englobant
    • Extension
    • Décalage tangent
    • Radial
    • Supprimer

Styles

  • De nouvelles combinaisons de couleurs ont été ajoutées au style système ArcGIS Colors.
    • Une nouvelle combinaison de couleurs scientifique nommée Cividis a été ajoutée. La table de couleurs Cividis est perceptiblement uniforme en teinte et en luminosité, et augmente en luminosité de manière linéaire. Elle est tout particulièrement adaptée aux personnes atteintes d’une anomalie de la vision des couleurs. Pour plus d’informations sur cette combinaison de couleurs, consultez l’article https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0199239.
      Combinaison de couleurs Cividis
      La nouvelle combinaison de couleurs scientifique Cividis contribue à une meilleure perceptibilité des couleurs en cas de daltonisme.
    • Deux variantes de 16 combinaisons de couleurs des cartes de densité ArcGIS Online ont été ajoutées.
      32 nouvelles combinaisons de couleurs de cartes de densité
      De nouvelles combinaisons de couleurs de cartes de densité sont disponibles dans des variantes unies et semi-transparentes.
    • 24 combinaisons de couleurs aléatoires provenant de ArcMap ont été ajoutées à ArcGIS Colors.
      24 combinaisons de couleurs aléatoires
      De nouvelles combinaisons de couleurs aléatoires ont été ajoutées à ArcMap.
  • Des styles de cotation sont maintenant disponibles dans ArcGIS Pro.

Mise en page

  • Le correcteur orthographique est désormais disponible pour les éléments de texte d’une mise en page. Libre à vous de corriger chaque mot mal orthographié séparément ou d’afficher tous les mots mal orthographiés dans une mise en page à l’aide de la fenêtre Check Spelling (Vérifier l’orthographe). Vous pouvez même alimenter un dictionnaire personnalisé avec des mots pour éviter qu’ils ne soient signalés comme mal orthographiés.
  • Il est possible d’ajouter un carroyage de référence à une fenêtre cartographique de manière à diviser une carte en carrés étiquetés de surface égale, indépendants du système de coordonnées de cette carte. Pour ajouter un carroyage de référence, sélectionnez une fenêtre cartographique dans la fenêtre Contents (Contenu). Sous l’onglet Insert (Insertion), dans le groupe Map Frames (Fenêtres cartographiques), cliquez sur Grid (Carroyage) et sélectionnez un carroyage de référence dans la bibliothèque.

    Carte montrant un exemple de carroyage de référence

  • Vous pouvez définir des formes de gabarit de légende pour les classes de symboles linéaires et surfaciques. Ces gabarits sont affichés dans les légendes et dans la fenêtre Contents (Contenu). Les gabarits disponibles sont les suivants :
    Exemples de gabarit de légende surfacique
    Options de gabarit de légende linéaire
  • Le SDK Layout (Mise en page), qui a été étoffé, prend désormais en charge les séries de cartes, les exports de cartes, des événements supplémentaires ainsi que des fonctions d’aide à la navigation dans les fenêtres cartographiques.
  • Il est possible d’afficher le texte d’une mise en page dans des colonnes à l’aide du contrôle Columns (Colonnes) de la fenêtre Format Text (Mettre en forme le texte). De plus, il est possible de définir l’espacement des colonnes à l’aide du contrôle (Interruption de colonne).
  • Les outils de géotraitement suivants, qui permettent de créer et de personnaliser des séries de cartes, ont été ajoutés au jeu d’outils Série de cartes :
  • Vous pouvez désormais aligner une flèche d’orientation vers le nord sur le nord magnétique, en plus du nord géographique et du nord cartographique.

Texte

  • Vous pouvez afficher le rapport Résumé de l’étiquetage en cliquant sur More (Plus) > Summary (Résumé) dans le ruban Labeling (Étiquetage). Le rapport Résumé de l’étiquetage présente une vue d’ensemble des classes d’étiquetage de la carte à des fins d’assurance qualité et de contrôle des performances. Il détermine les problèmes que vous pourriez rencontrer avec vos paramètres d’étiquetage et qui risqueraient d’avoir une incidence sur les performances d’étiquetage, la lisibilité de la carte et la possibilité de convertir des étiquettes en annotations.
  • L’utilisation du moteur Maplex Label Engine vous permet désormais de pivoter les étiquettes de points selon une expression Arcade, en plus de la valeur d’un champ attributaire.
  • Vous pouvez créer des classes d’étiquettes à partir des couches de symbologie existantes. L’ajout des classes d’étiquettes de classes de symbologie vous permet de créer automatiquement des classes d’étiquettes pour chaque classe de symbologie que vous avez définie pour cette couche. Par exemple, vous pouvez décider d'étiqueter les villes à forte population dans une police plus grande que celle des villes à population plus faible.
  • L’outil Mettre à niveau le jeu de données accepte désormais les classes d’entités de cotations et les met à niveau vers la dernière version.
  • Vous pouvez afficher les propriétés de couche des couches de dimensions.
  • Vous pouvez afficher les propriétés de classe d’entités des classes d’entités de cotations.
  • Le SDK pour les dimensions est désormais disponible. Il vous permet de modifier et de créer des entités cotations.
  • Le moteur Maplex Label Engine autorise désormais les autres expressions dans le cadre des stratégies d’abréviation. Comme c’est le cas avec les dictionnaires d’abréviations, les autres expressions permettent à Maplex Label Engine de tronquer les étiquettes longues de manière à les faire tenir dans des espaces réduits. Avec les autres expressions, vous pouvez sélectionner un champ pour remplacer l’étiquette trop longue ou utiliser Arcade pour construire une expression avec plusieurs champs et du texte.
  • Les étiquettes respectent désormais la forme découpée d’une carte. Elles sont redessinées sans découpage.
  • Les notes de carte incluent trois options de couche d’annotations, à savoir les échelles de référence 1:1 000, 1:25 000 et 1:250 000.
  • Il est possible d’empaqueter une annotation mise à niveau dans des paquetages de cartes mobiles.
  • Vous pouvez créer des classes d’entités annotations et des classes d’entités de cotations à l’aide de l’assistant Créer une classe d’entités.
  • Des styles de cotation sont disponibles dans ArcGIS Pro.
  • Un nouvel outil a été ajouté au jeu d’outils Annotation :
    • L’outil Annotation de contour convertit les étiquettes d’isoligne en annotation sur la base d’une couche de lignes.

Tuiles vectorielles

  • Vous pouvez réunir le contenu de plusieurs sources de tuiles vectorielles en une seule couche de carte de tuiles vectorielles, en référençant chaque source dans un style de tuile vectorielle. Cela vous permet de combiner du contenu issu de couches de tuiles vectorielles existantes sans avoir à créer ou héberger des données de tuiles vectorielles en double pour chaque nouvelle combinaison. Ce mode de gestion et de combinaison des couches de tuiles vectorielles distinctes rend certainement la mise à jour fréquente de chaque couche plus pratique.
  • La prise en charge améliorée de l’étiquetage lors de la création de tuiles vectorielles intègre désormais plusieurs classes d’étiquettes, les abréviations de style de conversion, la césure forcée, la répétition des étiquettes ainsi que les étiquettes inamovibles. Pour plus d’informations sur les propriétés d’étiquetage spécifiques prises en charge, reportez-vous à la rubrique Étiquetage dans les tuiles vectorielles.

Animation

  • Vous pouvez animer les effets de balayage des couches. Sélectionnez l’image-clé dans la fenêtre Animation Timeline (Chronologie de l’animation), ouvrez la fenêtre Animation Properties (Propriétés de l’animation), développez la catégorie Layer (Couche), choisissez la couche et ouvrez ses propriétés. Définissez ensuite la direction et le pourcentage d’achèvement du balayage (par exemple, vers la gauche et 0 %). Répétez cette procédure pour l’image-clé suivante (par exemple, vers la gauche et 100 %). L’effet de balayage passe d’un état à l’autre.
  • Les objets d’analyse interactive 3D (ligne de visée, champ de vision, dôme de vision et analyse des coupes) sont désormais capturés avec les images-clés de votre animation. Ainsi, créez un champ de vision, capturez une image-clé, modifiez l’angle de rotation du champ de vision et créez une deuxième image-clé. À la lecture de l’animation, le champ de vision balaie la scène et donne des indications sur les surfaces visibles et non visibles.

Tables

  • Les icônes de représentation des filtres en bas de la vue de la table sont désormais des boutons activables par un clic. Les filtres de table permettent d’afficher uniquement les enregistrements qui répondent à des critères de filtrage, en fonction de paramètres de couche ou d’étendue. Ces différents types de filtrage prennent notamment en charge l’affichage des enregistrements correspondant à l’heure actuelle de la carte (en cas d’activation des propriétés de temps), à la plage actuelle de la carte (en cas d’activation des propriétés de plage), à l’étendue de la carte visible et à tout tri personnalisé de la table selon les champs. Auparavant, ces icônes indiquaient uniquement si un filtrage était appliqué. Maintenant, ces boutons permettent d’activer ou de désactiver directement un filtre dans la vue de la table.
  • Vous pouvez afficher un aperçu de vos données sous une forme tabulaire dans la vue du catalogue.
  • La vue de la table prend en charge la mise à jour des enregistrements qui comportent des valeurs attributaires conditionnelles. Ainsi, vous pouvez filtrer le contenu de la table de sorte que seuls les enregistrements contenant des valeurs conditionnelles soient affichés, et donc que tous les autres champs soient masqués. Après la définition d’une valeur pour un seul champ, les choix suivants pour les autres champs sont réduits de manière à promouvoir uniquement les valeurs valides conformes à cette spécification.

Mesurer

  • La fenêtre de superposition de la mesure pour les cartes et les scènes présente une version améliorée du résumé des valeurs mesurées, y compris un angle de direction net et une valeur de distance nette.
  • La fermeture de la fenêtre de superposition Measure (Mesurer) fait quitter l’outil Mesurer et réactive l’outil Explorer.
  • Le résultat visuel des mesures géodésiques est amélioré dans les scènes globales.
  • Le résultat visuel des indications de mesure intrascène est amélioré pour les vues 3D. La ligne pointillée orange et blanche matérialise la distance entre les sommets. Les étiquettes des distances de décalage vertical et des distances 2D sont également affichées, le cas échéant. Les raies laser horizontales représentent les hauteurs comparatives sur toute la vue.

Analyse exploratoire

  • Les graphiques d’analyse exploratoire, pour le champ de vision, la ligne de visée, le dôme de vision et la coupe, sont capturés lors du partage d’une carte sous la forme d’un fichier image ou PDF, ou au moment de l’impression.

Dessin et performances

Système de MNT 3D

  • Les habillages de MNT sont supprimés une fois le dessin terminé, ce qui réduit les artefacts aux limites du tuilage sur les surfaces d’altitude partiellement transparentes.
  • Des améliorations ont été apportées aux régions polaires.
    • Le contenu est rempli aux pôles pour les fonds de carte raster Web Mercator sur les globes.
      Pôles remplis sur des fonds de carte raster Web Mercator
      Représentation comparative entre la version précédente de ArcGIS Pro (à gauche) et ArcGIS Pro 2.3 (à droite).
    • Il y a moins de dégradation par reprojection dans les zones polaires par rapport aux versions précédentes.
  • L’algorithme de sélection du niveau de détail a été amélioré pour les couches 2D dans les scènes.
    • Moins de niveaux de détail sont nécessaires pour une surface donnée.
    • La sélection des niveaux de détail est plus homogène sur une surface donnée d’une scène.
    • L’affichage est de meilleure qualité sur les surfaces où la distorsion est forte en raison de la reprojection.
  • Des améliorations ont été apportées à l’algorithme de compression de texture.
    • Les artefacts sont moins nombreux sur les surfaces à fort rééchantillonnage.
    • La fidélité des couleurs est meilleure sur les surfaces où les couleurs continues se rencontrent.
      Fidélité améliorée des couleurs
      Représentation comparative entre la version précédente de ArcGIS Pro (à gauche) et ArcGIS Pro 2.3 (à droite).

Affichage des rasters

  • L’accès aux données raster pour le dessin nécessite moins de mémoire.
  • L’affichage des rasters volumineux et compressés a été amélioré.
  • Moins de niveaux de détail sont nécessaires pour une surface donnée.
  • Les calculs de l’ajustement dynamique de la plage (DRA) ont gagné en précision.

Système de rendu 3D

  • L’utilisation d’un plus grand nombre de threads parallèles permet de réduire le temps de chargement global des couches.
  • La logique de transformation 3D a gagné en efficacité sur les symboles ponctuels avec effet billboard.
  • Le chargement asynchrone de la texture pour les services d’entité multipatch compatibles permet de réduire le temps d’attente du chargement initial.
  • Le traitement de la transparence des couches 2D et 3D d’une scène a été amélioré.
  • Le dimensionnement des symboles ponctuels dimensionnés à l’écran (par opposition à ceux de taille réelle) est plus harmonieux entre les cartes 2D et les scènes 3D.
  • Vous pouvez définir une couleur d’arrière-plan dans les scènes (activer les étoiles et le halo pour l’afficher dans les globes).

Prise en charge du format SVG

  • Les gradients, les symboles et les éléments des fichiers SVG importés bénéficient d’une meilleure prise en charge.

Exporter

  • Les exports des vues de carte et de scène conservent les proportions de la vue, comme dans ArcMap.
  • Les améliorations apportées au modèle de caméra permettent un affichage des scènes exportées en mode de dessin parallèle (anciennement appelé mode isométrique) plus fidèle à l’affichage dans l’application.
  • Le rendu des propriétés d’apparence des jeux de données raster, telles que le gamma et la luminosité, est plus précis dans l’export.
  • Une nouvelle option Output as Image (Afficher la sortie en tant qu’image) est disponible pour tous les formats d’exportation vectoriels (PDF, EPS et SVG).
  • L’annulation d’une demande d’exportation est traitée plus rapidement.
  • Le traitement des messages en cas d’erreur d’écriture de fichier pendant l’exportation a été amélioré.

Analyse et géotraitement

Généralités

  • Un nouvel espace de travail en mémoire (memory) est pris en charge pour les tables et les classes d’entités en sortie créées par les outils de géotraitement. memory — Les tables et les classes d’entités sont stockées dans la mémoire vive du système, sont rapides à lire et à écrire et peuvent être utilisées comme des sorties intermédiaires à ne pas conserver sur le disque ou dans une géodatabase. memory — Il est possible d’ajouter des tables et des classes d’entités à une carte. En savoir plus sur l’espace de travail memory.
  • Vous pouvez ouvrir et utiliser plusieurs outils de géotraitements simultanément grâce aux nouvelles fonctions de la fenêtre Geoprocessing (Géotraitement). Toutefois, un seul outil peut être exécuté à la fois. Cliquez sur le bouton Add (Ajouter) Ajouter en haut de la fenêtre Geoprocessing (Géotraitement), puis cliquez sur Open Another Tool (Ouvrir un autre outil) pour afficher la liste de tous les outils ouverts.
  • Une option de géotraitement nouvellement ajoutée permet de choisir si les jeux de données en sortie créés par géotraitement sont automatiquement ajoutés à une carte ouverte.
  • Une option de géotraitement nouvellement ajoutée permet de spécifier ce qu’il advient des couches dont la source de données est remplacée par des outils de géotraitement.
  • Vous pouvez utiliser l’option Enable Undo (Activer l’annulation) avec certains outils de géotraitement et utiliser les nouveaux contrôles accessibles directement dans la fenêtre Geoprocessing (Géotraitement) pour annuler et rétablir des opérations, de même qu’enregistrer et ignorer des mises à jour. Découvrez comment annuler les opérations d’un outil de géotraitement.
  • Dans la fenêtre Geoprocessing (Géotraitement), vous pouvez suivre l’activité des outils exécutés par vos soins et utiliser les options View Details (Afficher les détails) et Open History (Ouvrir l’historique) selon un mode d’utilisation repensé.
  • Dans le cas des outils de géotraitement qui ajoutent à la couche en sortie des propriétés personnalisées de symbologie, d’étiquetage, de diagramme, de fenêtre contextuelle et de calque, ces propriétés sont stockées automatiquement dans les métadonnées du jeu de données. Ainsi, en cas d’ajout du jeu de données à une autre carte ou un autre projet, la présentation des résultats d’analyse sera incluse.
  • Les améliorations apportées à la recherche de géotraitement permettent d’afficher des tuiles détaillées qui présentent une description de chaque outil ainsi que d’autres informations au moyen d’icônes.
  • Le géotraitement par lots a été amélioré si bien que vous pouvez maintenant ajouter des jeux de données en sortie à une carte ouverte.

ModelBuilder

  • Vous pouvez ajouter des outils à votre modèle en saisissant le nom de l’outil dans la zone de texte de recherche et en double-cliquant sur l’outil dans la fenêtre Add Tools To Model (Ajouter des outils au modèle) qui s’affiche dans la fenêtre du modèle.
    Ajouter des outils au modèle
  • Vous pouvez ajouter des outils à votre modèle en utilisant le nouveau menu ModelBuilder > Insert (Insérer) > Tools (Outils), qui vous permet de rechercher des outils de géotraitement directement à partir du ruban.
  • Les mises en page de modèle et propriétés de style personnalisées qui ont été appliquées dans ArcMap sont conservées lorsque le modèle est affiché et utilisé dans ArcGIS Pro.
  • Vous pouvez configurer la saisie interactive des entités dans votre outil de modèle en définissant une variable et un paramètre de jeu d’entités dans votre modèle.
  • Les nouvelles commandes suivantes sont accessibles par un clic droit sur un espace ouvert dans la fenêtre du modèle :
    • Create Variable (Créer une variable)
    • Create Label (Créer une étiquette)
    • Validate (Valider)
    • Run (Exécuter)
    • Auto Layout Diagram (Diagramme à mise en page automatique)
    • Route All Links (Acheminer tous les liens)

Diagrammes

  • L’onglet List By Charts (Répertorier par diagrammes) Répertorier par diagrammes a été retiré de la fenêtre Contents (Contenu). Les diagrammes d’une couche sont désormais répertoriés sous la symbologie de la couche, dans la section Charts (Diagrammes). En savoir plus sur l’affichage des diagrammes d’une couche.
  • Un nouveau type de diagramme, la matrice de nuages de points, permet de visualiser les relations bivariées entre des combinaisons de plusieurs variables numériques.
    Exemple de matrice de nuages de points
  • Il est maintenant possible de dimensionner proportionnellement les points d’un nuage de points à l’aide d’une troisième variable numérique, et ainsi créer un nuage de bulles.
    Nuage de bulles
  • Des contrôles de mise en forme visuelle des diagrammes ont été ajoutés dans la fenêtre Chart Properties (Propriétés du diagramme), et des thèmes personnalisés peuvent être enregistrés et appliqués à d’autres diagrammes, dans un souci de rationalisation du traitement de la mise en forme.
    Fenêtre Chart Properties (Propriétés du diagramme)

3D Analyst, boîte à outils

Nouvel environnement

  • Un nouveau paramètre d’environnement d’analyse, Cell Size Projection Method (Méthode de projection de la taille de cellule), est disponible pour la majorité des outils des jeux d’outils Raster Interpolation, Mathématiques, Reclassement et Surface. Ce paramètre détermine le mode de calcul de la taille de cellule du raster en sortie lorsque les jeux de données sont projetés au cours de l’analyse. La méthode par défaut, Convert units (Convertir les unités), équivaut à la méthode utilisée dans les versions précédentes. Deux méthodes supplémentaires, Preserve Resolution (Préserver la résolution) et Center of extent (Centre de l’étendue), sont maintenant disponibles.

Jeu d'outils Raster - Surface

  • Les performances de l’outil Contour ont été optimisées avec la plupart des sorties de type polygone et polyligne.

Boîte à outils Aviation

Le nouveau paramètre des outils du jeu d’outils Surfaces d’identification d’obstruction, Custom JSON File (Fichier JSON personnalisé), importe la configuration au format JSON pour créer des surfaces d’identification d’obstruction (OIS).

Business Analyst

Boîte à outils Business Analyst

  • La prise en charge des données personnalisées a été intégrée à plusieurs outils Business Analyst. Vous pouvez désormais définir le mode de répartition et d’agrégation de vos données en construisant une collection de données statistiques ArcGIS (SCDX). De plus, les couches BDS ArcMap sont désormais prises en charge par l’outil Enrichir la couche.

  • Dans les outils ayant accès au navigateur de données, il est possible de sélectionner simultanément plusieurs types de la même variable démographique. Par exemple, vous pouvez sélectionner un nombre, une moyenne, un pourcentage et un indice dans une même session.

Boîte à outils Territory Design

Le ruban Territory Design (Conception de sectorisation) a été remanié en profondeur. À cette occasion, il s’est étoffé de plusieurs outils prisés. Les méthodes de contrainte suivantes ont été ajoutées au jeu d’outils Analyse. Ces outils contrôlent la taille, la forme et la distance des secteurs.

Par ailleurs, les outils suivants ont été intégrés à la boîte d’outils Territory Design (Conception de sectorisation) :

Boîte à outils Cartographie

Boîte à outils Conversion

  • Le nouvel outil Convertir LAS convertit les fichiers LAS d’une méthode de compression, d’une version de fichier ou d’un format d’enregistrement de points à un(e) autre.
  • Le jeu d’outils Vers une géodatabase compte deux nouveaux outils, Extraire les emplacements du document et Extraire les emplacements du texte, qui permettent de rechercher des emplacements et des dates dans des grands blocs de texte et de combiner plusieurs fichiers avec des formats de coordonnées différents dans une seule et même classe.

Nouvel environnement

Boîte à outils Gestion des données

Jeu d’outils Règles attributaires

Les trois outils suivants ont été ajoutés :

Jeu d'outils Valeurs conditionnelles

Ce nouveau jeu d’outils comporte les outils suivants dédiés à la gestion des valeurs conditionnelles et des groupes de champs de la géodatabase :

Jeu d'outils Classes de relations

Les deux outils suivants ont été ajoutés pour gérer les règles des classes de relations :

Jeu d'outils Echantillonnage

L’outil Générer une tessellation compte deux nouvelles formes : losange et hexagone transversal.

Sorties de polygone pour la génération d’une tessellation

jeu d'outils Administration de la géodatabase

Boîte à outils GeoAnalytics

Les nouveaux outils d’analyse des entités suivants sont disponibles :

  • Couche de découpage : extrait des entités en entrée des polygones d’intérêt spécifiés.
  • Fusionner les limites : recherche des polygones qui s’intersectent ou présentent les mêmes valeurs de champ et les fusionne en un seul polygone.
  • Combiner les couches : réunit deux couches d’entités en une seule couche en sortie.

Des améliorations ont également été apportées aux outils suivants :

Boîte à outils Geostatistical Analyst

Jeu d'outils Interpolation

  • L’outil Krigeage bayésien empirique 3D a été ajouté à la liste des méthodes d’interpolation. Cet outil permet d’interpoler des points dotés à la fois de coordonnées x, y et z et d’une valeur mesurée. Il prévoit les valeurs à tous les emplacements situés entre les points dans l’espace 3D. Il est disponible sous la forme d’un outil de géotraitement et dans l’assistant géostatistique.

En savoir plus sur le krigeage bayésien empirique 3D.

Les couches géostatistiques en 3D sont rendues sous forme de transects 2D à une certaine altitude.
L’oxygène dissous à différentes profondeurs océaniques est interpolé pour former un espace 3D continu des niveaux d’oxygène prévisionnels.

Utilisation du jeu d’outils Couches géostatistiques

  • Un nouveau paramètre Output elevation (Altitude en sortie), ajouté à l’outil Couche GA vers rasters et à l’outil Couche GA vers isolignes, permet d’exporter les isolignes et les rasters d’entités 2D à partir du krigeage bayésien empirique 3D. Vous pouvez réaliser l’exportation à plusieurs altitudes à l’aide du géotraitement par lots, de ModelBuilder ou de Python.
  • Un nouveau paramètre Output field (Champ en sortie), ajouté à l’outil Couche GA vers points, permet de faire des prévisions en ce qui concerne les points cible en 3D. Ce paramètre s’applique à tous les modèles créés par krigeage bayésien empirique 3D. Ainsi, vous pouvez par exemple prévoir des points carroyés en 3D pour visualiser le résultat de l’interpolation plutôt qu’examiner certains transects horizontaux.

Image Analyst

Apprentissage profond

Le nouveau jeu d’outils Apprentissage profond, qui compte trois nouveaux outils de géotraitement, est mis en œuvre pour la première fois dans cette version. Ces outils prennent en charge les processus de classification d’images et de détection d’objets qui utilisent des modèles d’apprentissage profond générés par des structures telles que TensorFlow, CNTK et Keras.

Imagerie animée

Plusieurs fonctions et fonctionnalités nouvellement ajoutées permettent d’utiliser et d’analyser des données vidéo. Ces outils sont disponibles sur la barre d’outils du lecteur vidéo qui a été configuré.

Lecteur Full Motion Video

  • Deux nouveaux outils de géotraitement permettent d’extraire des données de flux vidéo compatibles avec FMV. L’outil Métadonnées vidéo vers classe d’entités extrait les métadonnées de la plateforme, du centre de la fenêtre cartographique, du contour de l’image et des attributs d’une vidéo compatible FMV puis enregistre la géométrie et les attributs en sortie comme classes d’entités. L’outil Extraire des images vidéo en images extrait et enregistre les images vidéo, ainsi que les métadonnées qui y sont associées, d’un flux vidéo compatible avec FMV. Il est possible d’ajouter les images extraites à un jeu de données mosaïque ou à d’autres outils et fonctions en vue d’une analyse approfondie.

Bon nombre des fonctionnalités et outils nouvellement ajoutés sont également accessibles depuis la barre d’outils de l’onglet Imagery (Imagerie) du ruban principal.

  • Vous pouvez lire, analyser et utiliser en temps réel des flux vidéo en direct. Pour lire un flux vidéo en direct, il vous faut son adresse UDP (User Datagram Protocol) ou son adresse RTSP (Time Streaming Protocol).
  • La fonction Sync Graphics (Synchronisation graphique) vous permet d’afficher les couches de classes d’entités de la carte dans des vidéos archivées ou en direct. Vous pouvez créer ou mettre à jour des classes d’entités dans le lecteur vidéo et utiliser le contenu mis à jour sur la carte de manière bidirectionnelle.
  • L’outil Exporter vers PowerPoint permet d’exporter les données des images vidéo dans une présentation PowerPoint. L’image vidéo, l’emprise, la trace au sol du capteur et toutes les métadonnées correspondantes sont exportées dans le rapport de présentation PowerPoint.
  • Il vous est possible de synchroniser l’étendue temporelle de la carte avec la vidéo de manière à afficher toutes les entités dont l’horodatage correspond à l’horodatage actuel de la vidéo. Vous pouvez ainsi interroger des entités provenant de couches temporelles, spatialement et temporellement, sur les entités qui intersectent l’emprise de la vidéo et s’affichent sur le lecteur vidéo.
  • Vous pouvez enregistrer les métadonnées pendant la lecture de la vidéo dans des classes d’entités ou dans un fichier CSV (de valeurs séparées par des virgules).
  • Vous pouvez extraire des images vidéo de manière interactive à partir de flux vidéo archivés ou en direct, au cours de la lecture de la vidéo, puis les enregistrer sous forme d’images.
  • Vous pouvez développer le lecteur vidéo en mode plein écran en appuyant sur la touche F11. Ce mode vous permet de réaliser rapidement des opérations d’analyse vidéo.
  • Vous pouvez afficher les mêmes coordonnées dans la fenêtre de la carte et dans la fenêtre du lecteur vidéo. En effet, la fonction correspondante convertit les coordonnées vidéo (en lignes et colonnes de pixels) en coordonnées cartographiques en temps réel.
  • Vous pouvez configurer l’espace de travail de votre projet vidéo en définissant votre géodatabase et vos dossiers par défaut, dans lesquels enregistrer les fichiers de métadonnées, les images, les présentations PowerPoint et les clips vidéo exportés correspondants.

Jeu d'outils Voisinage

  • L’outil Statistiques focales prend désormais en charge l’environnement Parallel Processing Factor (Facteur de traitement parallèle). Cet outil sollicite plusieurs processeurs lors du calcul des statistiques du raster en sortie, pour de meilleures performances.

Jeu d'outils de segmentation et de classification

Nouveaux environnements

  • Un nouveau paramètre d’environnement d’analyse, Cell Size Projection Method (Méthode de projection de la taille de cellule), est maintenant disponible avec plusieurs outils Image Analyst. Ce paramètre détermine le mode de calcul de la taille de cellule du raster en sortie lorsque les jeux de données sont projetés au cours de l’analyse. La méthode par défaut, Convert units (Convertir les unités), équivaut à la méthode utilisée dans les versions précédentes. Deux méthodes supplémentaires, Preserve Resolution (Préserver la résolution) et Center of extent (Centre de l’étendue), sont maintenant disponibles. Cet environnement est disponible pour les outils des jeux d’outils Algèbre spatial, Mathématiques, Superposition et Statistiques.
  • Le nouveau paramètre d’environnement Processor Type (Type de processeur) précise si les données doivent être traitées avec l’unité de traitement centrale de l’ordinateur (UCT) ou l’unité de traitement graphique (GPU).
  • Le nouveau paramètre d’environnement GPU ID (ID de GPU) détermine le processeur graphique à utiliser pour traiter les données.

Boîte à outils Maritime

Boîte à outils multidimensionnels

  • Les outils Générer une couche raster NetCDF et Générer une couche raster OPeNDAP sont dotés d’un nouveau paramètre, Cell Registration (Enregistrement de cellule), qui détermine la façon dont les cellules sont enregistrées par rapport aux coordonnées XY.
  • L’outil Générer une vue tabulaire NetCDF applique maintenant une valeur nulle dans la vue tabulaire en sortie pour représenter les attributs missing_value ou _FillValue d’une variable dans un fichier netCDF.

Network Analyst

  • L’opérateur d’addition (+) et l’opérateur de soustraction (-) ont été ajoutés à l’évaluateur de fonction. Vous pouvez utiliser ces opérateurs lorsque vous configurez un évaluateur de fonction sur un jeu de données réseau.
  • Les attributs Descriptor (Descripteur), Time Zone (Fuseau horaire) et Hierarchy (Hiérarchie) peuvent désormais être configurés sur un jeu de données réseau dans ArcGIS Pro.
  • Vous pouvez effectuer une copie des attributs Cost (Coût) et Restriction à l’aide des fonctions de copie accessibles à partir du bouton Options Menu, situé en haut à droite de la boîte de dialogue Network Dataset Properties (Propriétés du jeu de données réseau).
  • La page Source Settings (Paramètres de la source) de la boîte de dialogue Network Dataset Properties (Propriétés du jeu de données réseau) comporte trois onglets : Source, Vertical Connectivity (Connectivité verticale) et Group Connectivity (Connectivité de groupe). À partir de ces onglets, vous pouvez ajouter ou supprimer les sources de données à intégrer ou non au réseau et établir une connectivité verticale et de groupe entre les entités source.
  • Si votre jeu de données réseau est configuré pour utiliser le trafic, vous pouvez visualiser et mettre à jour la configuration du trafic sur votre jeu de données réseau en utilisant les onglets de trafic Historical (Historique) et Live (Réel).
  • La fonction GetWebToolInfo a été ajoutée à arcpy.na. Cette fonction vous permet de récupérer les limites de données en entrée et d’autres informations concernant ArcGIS Online ou les outils de services de portail.
  • La fonction arcpy.na.GetTravelModes accepte l’URL du portail comme chemin d’un jeu de données réseau.
  • La fonction arcpy.na.CheckIntersectionFeatures prend en charge les types de données Feature Sets et String.

Boîte à outils Analyse raster

Jeu d’outils Apprentissage en profondeur

Le nouveau jeu d’outils Apprentissage profond, qui compte deux nouveaux outils de géotraitement, est mis en œuvre pour la première fois dans cette version. Ces outils prennent en charge les processus de classification d’images et de détection d’objets qui utilisent des modèles d’apprentissage profond générés par des structures telles que TensorFlow, CNTK et Keras.

  • Créez des cartes de classes à l’aide de l’outil Classer des pixels à l’aide de l’apprentissage profond qui exécute un modèle d’apprentissage profond entraîné sur un raster en entrée afin de générer un raster classé.
  • L’outil Détecter des objets à l’aide de l’apprentissage profond exécute un modèle d’apprentissage profond entraîné sur un raster en entrée afin de générer une couche de classe d’entités contenant les objets qu’il trouve dans l’imagerie. Il inclut le paramètre Non Maximum Suppression (Suppression non maximale) qui identifie et supprime tous les objets d’entités dupliquées.

Jeu d'outils Hydrologie

  • L’outil Distance d’écoulement est doté d’un nouveau paramètre, Statistics type (Type de statistiques), qui détermine le type de statistiques utilisé pour calculer la distance d’écoulement sur plusieurs chemins de flux.

Boîte à outils Spatial Analyst

Nouvel environnement

Un nouveau paramètre d’environnement d’analyse, Cell Size Projection Method (Méthode de projection de la taille de cellule), est maintenant disponible avec plusieurs outils Spatial Analyst. Ce paramètre détermine le mode de calcul de la taille de cellule du raster en sortie lorsque les jeux de données sont projetés au cours de l’analyse. La méthode par défaut, Convert units (Convertir les unités), équivaut à la méthode utilisée dans les versions précédentes. Deux méthodes supplémentaires, Preserve Resolution (Préserver la résolution) et Center of extent (Centre de l’étendue), sont maintenant disponibles. Consultez la liste des environnements pris en charge pour vérifier si un outil particulier est disponible.

Jeu d'outils Extraction

Jeu d'outils Hydrologie

  • L’outil Distance d’écoulement est doté d’un nouveau paramètre, Statistics Type (Type de statistiques), qui détermine le type de statistiques utilisé pour calculer la distance d’écoulement sur plusieurs chemins de flux.

Jeu d'outils Voisinage

  • L’outil Statistiques focales prend désormais en charge l’environnement Parallel Processing Factor (Facteur de traitement parallèle). Cet outil sollicite plusieurs processeurs lors du calcul des statistiques du raster en sortie, pour de meilleures performances.

jeu d'outils Reclassement

  • La stabilité du contrôle de reclassement a été améliorée dans l’outil Reclassify (Reclassifier).

Jeu d'outils de segmentation et de classification

  • L’outil Modèle d’apprentissage profond pour Ecd devient obsolète à compter de cette version.

Jeu d'outils Surface

  • Les performances de l’outil Contour ont été optimisées avec la plupart des sorties de type polygone et polyligne.

Boîte à outils Statistiques spatiales

Deux nouveaux outils ont été ajoutés au jeu d’outils Modélisation de relations spatiales.

  • L’outil Régression linéaire généralisée est une suite de modèles de régression que vous pouvez utiliser pour quantifier les relations entre une variable dépendante d’intérêt et un nombre quelconque de variables explicatives. Vous pouvez également utiliser ces modèles, si vous le souhaitez, pour prédire les valeurs de la variable dépendante. Cet outil reprend les fonctions de l’outil de régression Moindres carrés ordinaires précédemment disponible et intègre deux types de modèles supplémentaires, Logistic (Logistique) et Poisson.

  • L’outil Régression pondérée géographiquement exécute une forme locale de régression qui vous permet de modéliser des relations à variation spatiale dans votre zone d’étude. Cet outil offre un modèle local de la variable ou du traitement que vous tentez de comprendre ou de prévoir en adaptant une équation de régression à chaque entité du jeu de données, ce qui vous permet d’examiner de quelles manières le modèle et les relations peuvent varier dans votre zone d’étude. Il prend également en charge les types de modèles Ordinary Least Squares (Moindres carrés ordinaires), Logistic (Logistique) et Poisson.
  • Des améliorations ont été apportées à l’outil Classification et régression basées sur une forêt : diagnostics et options de validation de modèle supplémentaires, optimisation de ses performances, entre autres.

Prise en charge WFS

  • Vous pouvez utiliser des mots-clés réservés pour définir des propriétés de connexion au niveau de la connexion au service WFS, plutôt que par couche. Par exemple, vous pouvez spécifier une valeur BBOX qui limite le nombre d’entités renvoyées à la zone géographique définie.
  • Vous pouvez afficher ou modifier les propriétés d’une connexion au serveur WFS en cliquant avec le bouton droit de la souris sur la connexion puis en sélectionnant Properties (Propriétés).

Python

  • Depuis sa mise à niveau, le gestionnaire de paquetages Python prend en charge le clonage à un emplacement de dossiers quelconque, l’ajout de nouveaux environnements à partir d’autres emplacements, ainsi qu’une signalisation améliorée des environnements non valides.
  • Il est possible d’utiliser la fonction arcpy.ImportCredentials pour importer des identifiants de connexion à partir de fichiers de connexion à un serveur GIS, et ainsi autoriser l’accès aux services sécurisés ArcGIS Server.
  • Dans ArcGIS Pro, Python a été mis à niveau vers la version 3.6.6.

Gestion des données

Généralités

  • Les règles attributaires ont été enrichies de types de règles supplémentaires et d’une nouvelle vue pour un meilleur confort d’utilisation. Pour découvrir les nouvelles fonctions Arcade, consultez les notes de version de ArcGIS Arcade version 1.5.
  • Les valeurs attributaires conditionnelles sont une nouvelle entité de création de données qui permet de rendre les valeurs d’un champ dépendantes des valeurs d’un autre champ. Elles utilisent les domaines et le concept de groupes de champs pour créer un ensemble de champs et une liste de valeurs valides pour ces champs. Vous pouvez définir, sur des valeurs de champ, des dépendances selon lesquelles toute valeur précise définie pour un champ A contraint les valeurs valides pour un champ B. Par exemple, si le bois est défini dans un champ de matériaux pour poteau électrique, les valeurs valides du champ de la hauteur du poteau sont restreintes à 35, 40 et 45 pieds. Si, en revanche, l’acier est défini comme matériau, les valeurs valides du champ de la hauteur sont 45, 50 et 55 pieds. Il est possible de définir ces types d’interdépendances de vos champs à l’aide de valeurs conditionnelles.
  • Le nouvel outil Transférer les fichiers transfère efficacement les fichiers entre un système de fichiers et un espace de travail et de stockage dans le cloud.
  • La nouvelle fonction arcpy.da.ListContingentValues répertorie les valeurs conditionnelles dans une table.
  • Vous pouvez récupérer les propriétés de groupes de champs à l’aide de la fonction arcpy.Describe().fieldGroups.
  • Vous pouvez récupérer les propriétés de règles de classes de relations à l’aide de la fonction arcpy.Describe().relationshipRules.

Bases de données et géodatabases d’entreprise

  • Vous ne pouvez plus créer de géodatabases de structure utilisateur dans Oracle. En revanche, vous pouvez continuer à utiliser des géodatabases de structure utilisateur existantes et les mettre à niveau vers cette version. Pour cela, vous devez commencer par transférer vos données vers des géodatabases autonomes.
  • L’utilisation de bases de données Altibase avec ArcGIS est désormais obsolète.
  • Vous ne pouvez pas créer une géodatabase dans Microsoft SQL Server 2012, ni mettre à niveau une géodatabase existante si elle réside dans une base de données SQL Server 2012.

Modifier des données

  • Les outils de construction Cotation sont désormais disponibles avec des modèles d’entités pour les couches de dimensions. Pour en savoir plus, reportez-vous aux rubriques Créer des entités cotations et Modifier une cotation.
  • Lorsque vous créez des lignes de type COGO à deux points, en cas de mise à jour de contraintes de direction et de distance telles que Dynamic Constraints (Contraintes dynamiques), les valeurs saisies dans ces outils sont maintenant reportées dans les champs COGO correspondants. Lorsque la correction des mesures est activée, les valeurs de carroyage corrigées sont écrites dans les champs.
  • L’outil Remplacer la construction Remplacer la construction est accessible depuis le menu contextuel lorsque vous créez des entités polylignes ou des entités surfaciques. Cet outil remplace votre construction inachevée par la géométrie de l’entité supérieure visible sur laquelle vous cliquez avec le bouton droit de la souris dans une carte. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Remplacer la géométrie de construction.
  • L’outil Centre Centre est accessible depuis la barre d’outils de construction lorsque vous créez des entités linéaires ou des entités surfaciques. Cet outil crée un sommet à mi-chemin entre deux points consécutifs sur lesquels vous cliquez dans une carte. Lorsque vous utilisez cet outil en association avec d’autres outils de construction, la construction active est suspendue tant que le sommet n’est pas ajouté et qu’un segment du sommet précédent n’est pas affiché. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Créer un sommet entre deux emplacements.
  • L’outil Mode continu Mode continu est accessible depuis la barre d’outils de construction et le menu contextuel lorsque vous créez des entités polylignes ou des entités surfaciques. Cet outil crée une construction à main levée par transmission continue des sommets puis la simplifie en une série de segments de ligne selon une tolérance donnée. Pour en savoir plus, consultez la rubrique Créer des segments par transmission continue des sommets.
  • Les associations du réseau technique s’affichent dans la boîte de dialogue Template Properties (Propriétés de modèle) des modèles de groupes lorsque le modèle principal crée des entités de réseau technique. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Référence au réseau technique pour la mise à jour.
  • Lorsque vous construisez ou modifiez une entité à l’aide d’un outil qui crée une construction pour fractionner ou remodeler une entité, vous pouvez appuyer sur la touche T pour afficher les sommets de l’entité à proximité du pointeur.

Les éléments suivants sont disponibles sous l’onglet Edit (Modifier) :

  • Les paramètres Ground to Grid (Mesures) Correction des mesures sont maintenant disponibles dans le groupe Corrections de l’onglet Edit (Modifier). Les corrections des mesures permettent de gérer de quelles manières et dans quelles conditions les valeurs de direction et de distance de la nouvelle géométrie sont interprétées comme des mesures d’arpentage au sol et converties en valeurs de carroyage. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Activer ou désactiver les corrections des mesures.

Les éléments suivants sont disponibles dans la fenêtre Modify Features (Modifier des entités) :

  • L’outil Diviser Division héberge des outils qui permettent de diviser des entités polylignes et surfaciques par une valeur. Pour en savoir plus sur la division d’une entité surfacique en surfaces proportionnelles, en surfaces égales ou en largeurs égales, reportez-vous à la rubrique Diviser un polygone par une valeur. Pour en savoir plus sur la division d’une entité polyligne selon une distance, un nombre de parties ou un pourcentage, reportez-vous à la rubrique Diviser une polyligne par une valeur.
  • L’outil Raccord arrondi Raccord arrondi crée un arc circulaire tangent entre deux segments et tronque ou prolonge les deux segments de connexion. Vous pouvez faire glisser et définir le rayon dynamiquement ou saisir une distance radiale constante. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Créer un raccord arrondi entre deux segments.
  • L’outil Généraliser Généraliser une polyligne permet de simplifier une entité linéaire ou une entité surfacique sans lui faire perdre sa forme de base. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Généraliser une entité.
  • L’outil Fractionner Fractionnement comporte désormais un onglet By Feature (Par entité). Cet onglet permet de sélectionner une ou plusieurs entités en entrée et de les utiliser pour fractionner une ou plusieurs entités cible sélectionnées. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Fractionner une entité.

Les éléments suivants sont disponibles dans la fenêtre Create Features (Créer des entités) :

  • L’outil Modifier la longueur Tronquer est accessible depuis le menu contextuel lorsque vous travaillez avec un outil qui utilise une ligne construite pour créer ou modifier une entité. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Tronquer ou prolonger une ligne non terminée.
  • L’outil Suivi d’une entité Annotation en mode Suivi d’une entité est disponible avec des modèles d’entités pour les couches d’annotations. Cet outil crée du texte parallèle à des segments de ligne d’une entité polyligne ou surfacique existante. Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Créer des entités annotations.

Métadonnées

  • Vous pouvez créer des métadonnées pour décrire la finalité et le contenu d’un projet ArcGIS Pro. Lorsque la vue du catalogue est active, cliquez sur Project (Projet) dans la fenêtre Contents (Contenu) pour afficher et modifier les métadonnées du projet actuel.

Data Reviewer

Règles Data Reviewer

  • Intégration des règles attributaires

    Bon nombre de méthodes d’automatisation de la validation (vérifications) de Data Reviewer peuvent être configurées comme règles attributaires. Les règles attributaires sont des règles définies par l’utilisateur qu’il est possible de configurer pour garantir l’intégrité des données pendant les mises à jour. Les vérifications Data Reviewer suivantes sont maintenant configurables comme règles de contrainte :

  • Intégration ArcGIS Workflow Manager

    La nouvelle étape personnalisée Delete Reviewer Session (Supprimer une session Reviewer) peut être utilisée avec l’extension ArcGIS Workflow Manager. L’utilisation conjointe de cette nouvelle étape et de l’étape Create Reviewer Session (Créer une session Reviewer) active la suppression automatique des sessions associées à une tâche. Cette suppression peut concerner toutes les sessions ou un ensemble de sessions spécifié par l’utilisateur. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique Étapes et jetons personnalisés Data Reviewer.

Traitement par lots Data Reviewer

La vérification Polyline or Path Closes on Self (Polyligne ou trajectoire se fermant sur elle-même) a été mise à jour pour limiter la recherche aux entités ou à leurs chemins individuels qui s’autoferment. Vous pouvez utiliser la vérification Invalid Geometry (Géométrie non valide), qui a été mise à jour dans ArcGIS Pro 2.3 et ArcGIS Data Reviewer 10.6, pour rechercher les polylignes qui contiennent des chemins auto-sécants.

Géocodage

  • Le nouvel outil Créer un localisateur permet de créer des localisateurs dotés des fonctions suivantes :
    • Prise en charge des suggestions pour une utilisation locale dans ArcGIS Pro.
    • Renvoi de suggestions avec des numéros de domicile vérifiés.
    • Extension de la prise en charge à des cas supplémentaires de géocodage d’intersection, notamment les intersections logiques où deux segments de rue ne s’intersectent pas réellement. Il peut s’agir d’une rue en cul-de-sac desservie par une rue transversale dont elle est séparée par une voie piétonne. Autre exemple : une autoroute enjambée par une passerelle autoroutière surélevée, entrecoupées sans être reliées.
      Cas d’utilisation du géocodage d’intersections
    • Améliorations apportées au géocodage inverse, permettant de renvoyer des appariements avec l’entité (ponctuelle ou surfacique) la plus pertinente située à proximité de votre emplacement, qu’il s’agisse d’une adresse, d’un point d’intérêt ou d’un code postal.
      Géocodage inverse reposant sur des polygones ou l’entité la plus pertinente proche de votre emplacement
  • Vous pouvez maintenant voir l’endroit où vous avez cliqué sur la carte et l’endroit d’où provient le résultat d’appariement lorsque vous utilisez l’outil Informations de localisation pour identifier des emplacements ou inverser leur géocodage sur une carte.
    Localisation du clic et localisation du résultat d’appariement sur la carte avec l’outil Informations de localisation
  • Désormais, lorsque vous recherchez des entités ou des adresses dans la fenêtre Locate (Localiser), vous pouvez sélectionner plusieurs résultats éligibles et afficher le détail de tous les candidats sélectionnés dans la fenêtre contextuelle. Vous pouvez également ajouter les candidats sélectionnés comme des entités sélectionnées dans les couches qui ont fait l’objet de la recherche.
    Fenêtre Locate (Localiser) avec plusieurs candidats affichés

Images et raster

Généralités

Accédez à vos fichiers et données stockés dans des répertoires cloud en ajoutant à votre projet une connexion au stockage cloud, disponible dans la catégorie Cloud Stores (Répertoires cloud) de la fenêtre Catalog (Catalogue) et la vue du catalogue.

Orthocartographie

Préparez vos espaces de travail d’orthocartographie, reposant sur l’imagerie par drone et sur la photographie aérienne et numérisée, à l’ajustement de bloc avec le nouvel outil Générer des tables d’images et de caméras. Cet outil vous donne accès à une boîte de dialogue, dans laquelle vous devez indiquer les informations des structures de la table de caméras et de la table d’images ainsi que les informations de calcul de l’orientation intérieure. Une fois que vous avez indiqué le modèle de votre caméra et quelques informations élémentaires, la transformation affine est calculée automatiquement pour s’adapter à l’ajustement de bloc. Si vous déplacez ou copiez les données et tables source de votre projet d’orthocartographie, vous n’avez pas besoin de modifier les tables de caméras et d’images.

Outils de géotraitement

Pour une prise en charge plus efficace et rapide de l’affichage et du traitement des jeux de données mosaïque qui référencent des rasters sur le cloud ou sur un serveur de stockage en réseau (NAS) ralenti, une nouvelle fonctionnalité de génération et de gestion du cache des pixels est maintenant disponible. Le cache est stocké sur la machine locale de manière à optimiser les performances.

Nouvelles fonctions raster

Les fonctions raster suivantes ont été ajoutées dans cette version :

  • Corridor (Couloir) : calcule la somme des coûts cumulés pour deux rasters de coûts cumulés en entrée.
  • Focal Statistics (Statistiques focales) : pour chaque cellule en entrée, calcule une statistique des valeurs situées dans un voisinage déterminé autour de son emplacement.
  • Lookup (Correspondance) : crée un raster par correspondance des valeurs trouvées dans un autre champ de la table du raster en entrée.
  • Path Allocation (Allocation de chemin) : calcule, pour chaque cellule, la source de moindre coût en fonction du plus faible coût cumulé sur une surface de coût, tout en prenant en compte la distance de surface et les facteurs de coût horizontaux et verticaux.
  • Path Distance (Distance de chemin) : calcule, pour chaque cellule, la distance de plus faible coût cumulé depuis ou vers la source de moindre coût, tout en prenant en compte la distance de surface et les facteurs de coût horizontaux et verticaux.
  • Path Distance Back Link (Antécédence de distance de chemin) : définit le voisin qui est la cellule suivante sur le chemin de plus faible coût cumulé menant à la source de moindre coût, tout en prenant en compte la distance de surface et des facteurs de coût horizontaux et verticaux.
  • Region Group (Groupes par régions) : détermine, pour chaque cellule en entrée, l’identité de la région connectée à laquelle appartient cette cellule.

Améliorations apportées aux fonctions raster

  • La fonction Flow Distance (Distance d’écoulement) est dotée d’un nouveau paramètre, Statistics Type (Type de statistiques), qui détermine le type de statistiques utilisé pour calculer la distance d’écoulement sur plusieurs chemins de flux.

LocateXT

L’extension LocateXT est désormais disponible pour ArcGIS Pro. Elle vous permet de numériser des documents non structurés, tels que des fichiers texte, des documents Microsoft Word et des présentations PowerPoint, et de créer des points représentant des coordonnées géographiques ou des noms de lieux trouvés dans ces documents. De plus, il vous est possible d’extraire les dates, entre autres informations, de ces documents et de les enregistrer dans la table attributaire.

Vous pouvez réaliser cette analyse de manière interactive avec la fenêtre Extract Locations (Extraire les emplacements), accessible à partir du menu déroulant Add Data (Ajouter des données). Deux outils de géotraitement sont également disponibles, dans la boîte d’outils Conversion du jeu d’outils Vers une géodatabase, pour automatiser cette tâche : Extraire les emplacements du document et Extraire les emplacements du texte.

En savoir plus sur LocateXT.

Production

Aviation Airports

Defense Mapping

Le nouveau jeu d’outils Processus a été ajouté à la boîte d’outils Topographic Production (Production topographique). Ce jeu d’outils est composé d’outils de géotraitement utilisés pour automatiser les processus de production, comme suit :

  • Définir l’espace de travail des données : automatise les processus de façon que les étapes soient exécutées dans le bon espace de travail des données.
  • Définir les propriétés de production : détermine les paramètres de propriété étendue par défaut corrects, associés au type de production sélectionné dans l’environnement du processus de production, de façon que les tâches correspondantes soient exécutées conformément aux détails de configuration appropriés.
  • Mettre à jour le nombre de propriétés : met à jour une valeur de propriété étendue d’une unité à chaque exécution d’une étape de processus de façon que les métriques soient enregistrées.
  • Créer une action pour une tâche : crée ou met à jour automatiquement une action Workflow Manager pour une tâche.
  • Insérer un groupe de tâches : ajoute des tâches à un processus selon son exécution.
  • Définir la tâche suivante : définit la tâche suivante d’un processus à partir de la liste des tâches.
  • Définir la liste des tâches : détermine les tâches appropriées associées au groupe de tâches sélectionné dans l’environnement du processus de production pour exécuter les tâches appropriées dans le bon ordre.
  • Définir l’état de la tâche : exécute automatiquement les tâches de configuration avec une tâche Workflow Manager dans un processus de production automatisé.

Les outils de géotraitement suivants ont été ajoutés au jeu d’outils Affinage de la cartographie :

Les outils de géotraitement suivants ont été ajoutés au jeu d’outils Généralisation :

  • Exporter les données généralisées : exporte les données généralisées créées par des modèles de généralisation dans une structure de production selon les règles de généralisation définies dans une feuille de calcul Microsoft Excel.
  • Importer les données généralisées : importe les données d’une géodatabase de généralisation optimisée dans une base de données de généralisation thématique selon les règles de généralisation définies dans une feuille de calcul Microsoft Excel.

Les outils de géotraitement suivants incluent un paramètre supplémentaire qui compare les entités surfaciques adjacentes (qui se touchent) avec les entités en entrée et généralise les entités dont la taille est inférieure à la valeur indiquée :

  • Repérer les polygones étroits : le nouveau paramètre connecting_features compare les entités surfaciques qui se touchent avec les entités en entrée et ajoute les premières qui sont plus petites que la surface minimale aux secondes.
  • Polygone vers axe médian : le nouveau paramètre connecting_features compare les entités surfaciques qui se touchent avec les entités en entrée et ajoute les premières qui sont plus petites que la surface minimale aux secondes.

Pipeline Referencing

  • Mise à jour du réseau basée sur des services : à présent, vous pouvez effectuer une mise à jour du réseau à l’aide d’un service d’entités prenant en charge le référencement linéaire. Lorsque les fonctionnalités Linear Referencing (Référencement linéaire) et Version Management Service (Service de gestion des versions) sont activées pour la publication d’un service, et qu’elles sont ajoutées à une carte dans ArcGIS Pro, il est possible d’utiliser les données LRS issues des couches du service pour la mise à jour avec les outils du ruban Location Referencing (Référencement d’emplacement). Pour plus d’informations sur la prise en main de la mise à jour basée sur des services dans Pipeline Referencing, reportez-vous à la rubrique Partager en tant que couches web avec référencement linéaire et gestion des versions.
  • Prise en charge basée sur des services pour les outils de géotraitement : les outils de géotraitement de la boîte d’outils Location Referencing (Référencement d’emplacement) prennent désormais en charge les données en entrée issues d’un service d’entités avec les fonctionnalités Linear Referencing (Référencement linéaire) et Version Management Service (Service de gestion des versions) activées. Ainsi, vous pouvez exécuter ces outils avec le même service que celui utilisé pour la mise à jour du réseau. Pour plus d’informations sur les outils prenant en charge l’utilisation en entrée de couches issues d’un service, reportez-vous à la rubrique Prise en charge du versionnement de branche dans la boîte d’outils Location Referencing (Référencement d’emplacement).
  • Prévention des conflits pour la mise à jour du réseau : la prévention des conflits est maintenant prise en charge pour la mise à jour des réseaux LRS dans ArcGIS Pro. Le processus de prévention des conflits permet à un utilisateur de sélectionner un itinéraire à utiliser exclusivement dans sa version. Une fois que cet itinéraire est associé à l’utilisateur qui le sélectionne, cet utilisateur peut le modifier tant qu’il ne réinjecte pas ses modifications dans la version par défaut de la géodatabase ou qu’il ne supprime pas sa version contenant les mises à jour. Ainsi, aucun autre utilisateur ne peut modifier l’itinéraire tant que l’utilisateur qui en a l’utilisation exclusive le met à jour. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique Prévention des conflits.

  • La boîte à outils Location Referencing (Référencement d’emplacement) contient les nouveaux outils suivants :
    • Générer des points de calibrage : crée des points de calibrage avec l’emplacement, la mesure, l’ID d’itinéraire, la date de début, la date de fin et l’ID de réseau appropriés pour chaque itinéraire de la classe d’entités de calibrage sélectionnée.
    • Supprimer les axes médians superposés : s’assure de la présence d’un seul axe médian en cas de superposition de la géométrie d’axe médian.

Production Mapping

Le nouveau jeu d’outils Processus a été ajouté à la boîte d’outils Topographic Production (Production topographique). Ce jeu d’outils est composé d’outils de géotraitement suivants, utilisés pour automatiser les processus de production :

  • Définir l’espace de travail des données : automatise les processus de façon que les étapes soient exécutées dans le bon espace de travail des données.
  • Définir les propriétés de production : détermine les paramètres de propriété étendue par défaut corrects, associés au type de production sélectionné dans l’environnement du processus de production, de façon que les tâches correspondantes soient exécutées conformément aux détails de configuration appropriés.
  • Mettre à jour le nombre de propriétés : met à jour une valeur de propriété étendue d’une unité à chaque exécution d’une étape de processus de façon que les métriques soient enregistrées.
  • Créer une action pour une tâche : crée ou met à jour automatiquement une action Workflow Manager pour une tâche.
  • Insérer un groupe de tâches : ajoute des tâches à un processus selon son exécution.
  • Définir la tâche suivante : définit la tâche suivante d’un processus à partir de la liste des tâches.
  • Définir la liste des tâches : détermine les tâches appropriées associées au groupe de tâches sélectionné dans l’environnement du processus de production pour exécuter les tâches appropriées dans le bon ordre.
  • Définir l’état de la tâche : exécute automatiquement les tâches de configuration avec une tâche Workflow Manager dans un processus de production automatisé.

Les outils de géotraitement suivants ont été ajoutés au jeu d’outils Affinage de la cartographie :

Les outils de géotraitement suivants ont été ajoutés au jeu d’outils Généralisation :

  • Exporter les données généralisées : exporte les données généralisées créées par des modèles de généralisation dans une structure de production selon les règles de généralisation définies dans une feuille de calcul Microsoft Excel.
  • Importer les données généralisées : importe les données d’une géodatabase de généralisation optimisée dans une base de données de généralisation thématique selon les règles de généralisation définies dans une feuille de calcul Microsoft Excel.

Les outils de géotraitement suivants incluent un paramètre supplémentaire qui compare les entités surfaciques adjacentes (qui se touchent) avec les entités en entrée et généralise les entités dont la taille est inférieure à la valeur indiquée :

  • Repérer les polygones étroits : le nouveau paramètre connecting_features compare les entités surfaciques qui se touchent avec les entités en entrée et ajoute les premières qui sont plus petites que la surface minimale aux secondes.
  • Polygone vers axe médian : le nouveau paramètre connecting_features compare les entités surfaciques qui se touchent avec les entités en entrée et ajoute les premières qui sont plus petites que la surface minimale aux secondes.

Réseau de distribution

  • Les propriétés du réseau sont accessibles à partir de la fenêtre Catalog (Catalogue) au moyen d’une connexion à une base de données. Cela est utile lorsque vous configurez le réseau technique et que vous disposez d’un accès direct à la géodatabase par une connexion à une base de données.
  • L’onglet Utility Network Data (Données du réseau technique) est disponible systématiquement lorsqu’une couche de réseau technique est présente dans la vue cartographique active.
  • Vous pouvez modifier des connexions de bornes lorsque vous avez accès à un réseau technique dans un état non versionné par le biais d’une connexion à une base de données. Cette étape de modification est utile pour le processus initial de validation des données et peut être associée à l’activation de la topologie de réseau pour identifier les erreurs.
  • La propriété Last Update Is Connected Time (Heure de la dernière mise à jour de l’attribut IsConnected) fait partie des propriétés temporelles. Elle permet d’obtenir la date et l’heure (horodatage) de la dernière exécution de l’outil Mettre à jour l’attribut IsConnected pour un réseau technique.
  • Un nouveau type de traçage Isolation (Isolement) est disponible pour l’outil Traçage. Il permet d’isoler une surface d’un réseau en déterminant le minimum d’entités utilisables nécessaires pour arrêter la ressource d’un réseau. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique Localiser les entités d’isolement.
  • L’outil Exporter un sous-réseau a été amélioré pour permettre d’inclure plus de détails sur le sous-réseau qui peut être éventuellement inclus dans le fichier d’exportation JSON. Les formats d’exportation pour les éléments d’entité, la géométrie, les valeurs de champ, les attributs de réseau, les contrôleurs de sous-réseaux et la connectivité sont désormais inclus. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique Exporter les informations de sous-réseaux.

Diagrammes de réseau

  • Il est désormais possible d’ajouter deux nouvelles règles de diagramme à des modèles de diagramme à l’aide des outils Ajouter une règle de requête spatiale et Ajouter une règle de définition de point de début par attribut.
    • La règle Spatial Query (Requête spatiale) permet de détecter les nouvelles entités de réseau technique en fonction de leur emplacement par rapport à celles qui existent déjà dans le diagramme et d’ajouter les entités détectées au diagramme de réseau.
    • La règle Définir le point de début permet de prédéfinir les entités représentées dans le diagramme comme points de début.
  • Une version améliorée des outils Ajouter une règle de concentration de conteneur, Ajouter une règle de concentration de conteneur par attributs et Ajouter une règle de réduction des tronçons par attributs leur permet de prendre en charge la nouvelle option Aggregate reconnected edges (Agréger les tronçons reconnectés). Cette option permet de définir si la règle agrège les tronçons qui sont reconnectés aux jonctions concentrées ou réduites.
  • Le nouvel algorithme de mise en page de diagramme mis au point, Relative Mainline (Ligne principale relative), permet de disposer les entités de diagramme de réseau dans des diagrammes le long de lignes droites parallèles dont tous les tronçons connectés ont la même valeur attributaire. Il est possible d’appliquer cette mise en page à un diagramme de réseau à l’aide de l’outil Appliquer la mise en page principale relative et de l’ajouter à des modèles de diagramme à l’aide de l’outil Ajouter une mise en page principale relative.
  • Les fonctions de l’outil de géotraitement Mise en page Remodeler les tronçons du diagramme ont été étendues à la prise en charge d’une nouvelle opération de remodelage, Mark crossing edges (Marquer les tronçons en intersection). Lorsqu’il est exécuté avec cette nouvelle opération, l’algorithme de mise en page détecte les tronçons de diagramme horizontaux et verticaux qui s’intersectent à angles droits et remodèle la géométrie d’un des tronçons en intersection de façon à afficher un arc circulaire à cet emplacement.
  • Le nouvel outil de géotraitement Exporter le contenu des diagrammes permet d’exporter le contenu des diagrammes dans un format simple (fichier .json) conforme à la connectivité de base. Vous pouvez ainsi exporter le contenu d’un diagramme dans un format simple qui convient au calcul et à l’analyse réseau, ou à l’alimentation des systèmes externes.

Optimiser votre efficacité

Interface utilisateur de l’application

  • La nouvelle commande Reset Panes (Réinitialiser les fenêtres) permet de rétablir l’affichage d’un groupe prédéfini de fenêtres dans l’application. Cette commande est des plus utiles pour exécuter certaines tâches, en plus de désencombrer la fenêtre de l’application. Par exemple, la commande Reset Panes for Geoprocessing (Réinitialiser les fenêtres pour le géotraitement) ferme toutes les fenêtres ouvertes et rouvre uniquement les fenêtres Content (Contenu), Catalog (Catalogue) et Geoprocessing (Géotraitement), avec cette dernière au premier plan.
Menu déroulant Reset panes (Réinitialiser les fenêtres)

Vue du catalogue

La vue du catalogue a été aménagée pour vous permettre de gérer plus efficacement vos projets et vos données, comme suit :

  • Vous pouvez parcourir les conteneurs et collections de projets dans le portail actif, ainsi que les favoris dans la fenêtre Contents (Contenu). Les éléments qui sont des conteneurs, notamment les cartes, les dossiers, les boîtes d’outils, les serveurs et les groupes de portail, y sont répertoriés. Vous pouvez sélectionner et gérer individuellement des éléments figurant dans la liste de contenu de la vue du catalogue.
  • Vous pouvez parcourir le contenu des connexions aux serveurs et aux bases de données d’un dossier auquel vous accédez, sans avoir à ajouter préalablement ces connexions au projet.
  • Vous pouvez afficher un aperçu des données dans une table ou dans la table attributaire associée aux données spatiales.
  • L’onglet Catalog (Catalogue) du ruban vous permet de gérer les éléments de votre emplacement actuel, y compris copier, coller, supprimer et renommer des éléments pour lesquels ces opérations sont possibles. Vous pouvez ajouter des éléments au projet ou aux favoris. Vous pouvez réparer des éléments de projet ou supprimer des éléments du projet. Vous pouvez créer des éléments stockables à l’emplacement actuel, ajouter des éléments au projet (une géodatabase fichier, par exemple) ou importer des éléments (un document ArcMap, par exemple).
  • Sur le ruban, un onglet contextuel associé à certains conteneurs de projet donne accès à des options supplémentaires pour gérer ces éléments. Ainsi, lorsque vous cliquez sur Styles dans la fenêtre Contents (Contenu), l’onglet contextuel Styles s’affiche sous l’en-tête Manage (Gérer) du ruban.

Workflow Manager

  • La zone de synthèse de la vue de la tâche bénéficie des améliorations suivantes :
    • La zone Job Notes (Remarques sur la tâche) permet désormais de repérer rapidement une tâche qui comporte des remarques. Un bouton Add Job Notes (Ajouter des remarques sur la tâche) Ajouter des remarques sur la tâche signale une tâche sans remarques, tandis qu’un bouton View And Edit Job Notes (Afficher et mettre à jour des remarques sur la tâche) Afficher et mettre à jour des remarques sur la tâche signale une tâche avec des remarques. Pour plus d’informations sur les remarques associées à une tâche, reportez-vous à la rubrique Ajouter, afficher et mettre à jour des remarques sur la tâche.
    • La nouvelle option Step Percentage (% d’exécution de l’étape) permet d’afficher l’avancement d’une étape sous forme de pourcentage.
  • La fenêtre Workflow (Processus) compte une nouvelle option, Step Percentage (% d’exécution de l’étape), qui permet d’afficher l’avancement d’une étape sous forme de pourcentage.

Partager votre travail

  • Les couches d’entités web qui référencent des données inscrites peuvent désormais inclure des cotations mises à niveau. Pour plus d’informations sur la mise à niveau des classes d’entités de cotations, reportez-vous à la rubrique Mettre à niveau le jeu de données.
  • La prise en charge des services OGC a été renforcée comme suit :
    • WFS peut être configuré lors du partage d’une couche d’images de carte sur ArcGIS Enterprise 10.7 ou d’une couche d’entités web sur ArcGIS Enterprise 10.5 ou version ultérieure.
    • WCS peut être configuré lors du partage d’une couche d’images de carte sur ArcGIS Enterprise 10.7.
    • Les propriétés WMS sont désormais configurables lors du partage d’une couche d’images de carte.
  • Les fonctionnalités KML et Validation peuvent être activées lors du partage d’une couche d’images de carte sur ArcGIS Enterprise 10.7.

  • Les sources d’altitude du sol sont publiées sous forme de couches d’altitude web lors du partage d’une scène web sur ArcGIS Online.
  • Les couches de bâtiments peuvent être partagées sous forme de couches de scènes web sur ArcGIS Online et sur ArcGIS Enterprise 10.7.
  • En cas de partage d’un paquetage de projet ou d’un modèle de projet, les éléments de l’historique de géotraitement et les boîtes d’outils personnalisées peuvent éventuellement être exclus.

  • Le module arcpy.sharing prend en charge la publication des services de carte sur une instance ArcGIS Server autonome avec Python.

Optimiser ArcGIS Pro

  • ArcGIS Pro SDK for Microsoft .NET vous permet d’étendre ArcGIS Pro avec vos propres outils et processus uniques à l’aide des compléments et des configurations du SDK.